Brigitte Pellat

Poésie

Accueil
L'apesanteur du pétale
Plante verte
La mer

Une île, aujourd’hui engloutie

Plante verte perdue
Dans un vase sans contour,
Il se dresse stoïque
Et redoute l’eau qui monte.

Étonnés, les oiseaux
De passage se reposent
Sur les branches qu’Éole
Frôle en signe d’adieu.

Cet éphémère phare
Sans fanal apparent est
Un cierge sur une île.

Sur leur lyre, des hommes
Racontent l’offrande faite
À Neptune et au large,

La harpe du vent chante
À la terre submergée
Sa complainte éperdue.

Ce poème fait partie du recueil L'apesanteur du pétale, Éditions Les Poètes Français, 2015.

Il a paru dans L'Étrave, Revue des Arts et des Lettres, n° 215, 2010, et dans l'Anthologie Europoésie 2011.

@ Brigitte Pellat 2010
@ Société des Poètes Français 2015